Vous avez un terrain en ville: essayez l’agriculture urbaine – Partie 2: préparation du terrain!

La préparation du terrain pour l’agriculture urbaine

La préparation d’un terrain agricole peut être selon les circonstances l’opération la plus coûteuse d’un projet agricole. L’avantage de la préparation d’un terrain de petite surface destiné à l’agriculture urbaine est qu’elle requiert moins de main d’oeuvre que celle d’un grand terrain et donc moins de moyens financiers. Très souvent d’ailleurs, la plupart des terrains de ville ou des terrains proches des villes ont été déjà débarassé de leurs arbres. Il est donc en général plus facile de préparer les terrains destinés à l’agriculture urbaine. Cependant, ces terrains sont parfois pollués par les déchets issus de la consommation quotidienne dans les milieux urbains; surtout en Afrique. Il est donc fortement recommandé de nettoyer le sol en profondeur après avoir débarassé le terrain des arbustes eventuels. Vous devrez porter une attention particulière aux débris de verre, aux matières plastiques ainsi qu’aux déchets chimiques qui pourraient affecter de manière importante votre future production agricole. Vous devrez aussi éliminer tous les rochers présents dans le sol et qui empêcheraient le bon développement des racines de vos cultures. Faîtes également attention aux gris-gris et autres talismans faits de matières de tourtes sortes que l’on retrouve très souvent enterrés dans les terrains de ville en Afrique. Prenez par contre soin de garder sur place, un ou deux arbustes qui contribuerons à préserver l’humidité et l’aération du sol. Ils pourront avec le temps fournir de l’ombre contre le soleil ainsi que des copeaux de bois pour la production de litière, d’humus ou de paillis.

« Si votre terrain est cloturé et si vous avez des poulets, des poules, des chèvres ou des porcs sur place, lachez-les dessus. Les porcs sont de très bons sarcleurs, les poules et poulets vous débarasserons de bons nombres d’insectes nuisibles et les chèvres sont des sarcleuses réputées. »

Nul besoin pour l’agriculture urbaine de s’attarder sur les outils (machettes, coupe-coupe, etc) et autres machines nécessaires pour couper les arbres, désoucher le terrain et le débarasser de ses déchets. Celà ne devrait pas vous prendre trop de ressources puisque vous êtes suffisamment proche de la ville. Cherchez des gens dans le quartier ou dans la ville pour vous aider à cette tâche. Une fois cette étape franchie, débarassez-vous de tous les déchets et résidus non organiques et conservez les feuilles, tiges et autres arbustes. Vous pourrez les utiliser pour la préparation de compost ou d’humus vivant. Pour éviter tout risque de contamination par des insectes, maladies ou mauvaises herbes, il est recommandé de bruler ces résidus organiques avant de les utiliser en compost.

L’analyse du sol

L’analyse du sol de la parcelle destinée à l’agriculture urbaine vous permettra de determiner sa nature minéralogique, physique et chimique. Grâce à celà, vous serez capable de le préparer de manière adéquate par les travaux de drainage, de sarclage, de binage nécessaires. Vous prendrez par la même occasion connaissance des carences en matière organique ou minérales du sol afin d’y remedier. Enfin, elle vous permettra de planifier l’exploitation optimale de votre parcelle par le choix des machines les mieux adaptées pour le type de sol en question et des cultures qui lui conviennent le mieux.

Analyse physique

L’analyse physique du sol vous permettra d’en déterminer le type. On distingue 3 grands types de sol:

  • les sols sabloneux
  • les sols limoneux
  • les sols argileux

La couleur

La couleur de votre sol vous renseigne partiellement sur sa richesse en matière organique. Les sols de couleur noir sont généralement riches en matière organique. Ils se réchauffent rapidement et refroidissent lentement. Les sols plus clairs sont généralement moins riches en matière organique et demenderons plus d’amendement en fumier.

La texture

Pour tester la texture du sol, prenez en une poignée et écrasez là entre vos doigts. Si vous ressentez la présence de grains et que le sol s’éffrite facilement alors il est sableux. Par contre, si le sol a un aspect caoutchouteux et est élastique, il est probablement argileux.

Argile, limon ou sable?

Pour déterminer la nature physico-minéralogique de votre sol, prennez différents échantillons de la parcelle et mélangez-les. Versez ensuite le mélange dans un bocal et ajoutez-y de l’eau distillée. Laissez reposer le mélange! Vous constaterez la séparation des particules du sol en différentes couches: le sable lourd, au fond, le limon au milieu et l’argile plus léger, en haut. La couche dominante dans le bocal déterminera la nature de votre sol.

Test du sol dans un bocal avec de l’eau

Ainsi tous les sols sont formés de ces troix types de roches en proportions différentes. Les sols argileux sont principalement composés d’argile, les sols limoneux sont composés en grande partie de limon, et les sols sablonneux contiennent principalement du sable.

Les sols trop argileux sont gras et retiennent beaucoup d’eau. Vous pouvez les corrigez en leur rajoutant de la matière organique et du sable.

Les sols trop sablonneux sont trop perméables et ne retiennent pas convenablement l’eau. Vous pouvez les corrigez en leur rajoutant de la matière organique, de l’humus, du fumier ou des résidus végétaux.

Analyse chimique

L’analyse chimique vous permet de mesurer l’acidité de votre sol à travers son pH. Pour celà, vous pouvez utiliser du papier tournesol. Prenez un échantillon du sol de votre parcelle et diluez le dans de l’eau distillée. Plangez-y un bout de papier tournesol. Si il prend une couleur rouge alors votre sol est acide. Si au contraire, il vire au bleu alors votre sol est alcalin. Vous pouvez corrigez l’acidié en y ajoutant du calcaire broyé, des coquilles d’oeuf ou d’escargot ou encore de la craie. Au contraire, vous pourrez corrigez une sol trop alcalin en y rajoutant du souffre, du fumier, de l’humus ou tout simplement de la matière organique.

L’analyse minéralogique

L’analyse minéralogique vous permettra de déterminer la richesse de votre sol en Azote (N), Potassium (K), Phosphore (P) ainsi qu’en oligo-éléments (calcium, zinc, magnésium). Vous pourrez l’effectuer à l’aide de mini-kits de jardinage ou à partir d’une analyse en laboratoire.

Vous pourrez également vous faire une idée de la richesse en minéraux de votre sol en observant la végétation qui y prospère. Par exemple, les sols où prospèrent les mauvaises herbes de type Impérata sont généralement pauvres en matières organiques et minérales.

Mini kit d’analyse de sol

Imperata Cylindrica : mauvaise herbe caractéristique des sols pauvres

L’aménagement du terrain

L’aménagement consiste à effectuer les travaux nécessaires pour donner au sol une texture adéquate, un bon drainage et une humidité convenable au bon développement des futures cultures. L’installation de canaux d’irrigation ou de système d’arrosage goutte à goutte doit également être effectuée à cette étape si il y a lieu. Vous devez aussi penser à cette étape à mettre sur pied une station de lavage pour vos produits si vous comptez faire du maréchage. D’autres espaces de transformations pourrons y être établis selon vos besoins.

Commentaires

mood_bad
  • Aucun commentaire pour l'instant
  • Ajoutez un commentaire